Pourquoi j’ai arrêté d’écrire

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, après de nombreux mois d’absence, je tenais à vous en expliquer la ou les raisons.

La plupart d’entre vous le savent mais pas tous. J’ai eu envie de reprendre un peu le blog mais je ne pouvais revenir comme une fleur, sans explication.
En écrivant ces mots, je ne sais pas encore comment je vais m’expliquer, les sujets que je vais aborder, la limite avec ma vie privé. Je pense que je vais écrire tout simplement, et puis on verra bien.

En octobre 2017, j’apprends que ma maman est atteinte d’un cancer. Elle a l’air confiante mais me dit qu’elle ne souhaite pas en savoir plus sur son état de santé. Elle n’aime pas les mauvaises nouvelles. Je décide de prendre les choses en main. Je contacte le médecin qui la suit. Le verdict tombe comme un coup de massue: son cancer est déjà au stade 4 (stade terminal), les métastases se sont répandues depuis bien trop longtemps… « votre maman ne s’en sortira pas ».

…. Comment accueillir cette nouvelle? S’effondrer? Garder la face? J’ai fait les deux. Je m’effondre à la maison, je garde la face en public.

Les mois qui ont suivi ont été, comme vous l’imaginez, les pires de ma vie. J’habite à 800 km de chez ma mère. Les aller-retours ont commencé. Veiller sur elle, l’accompagner à l’hôpital pour ses chimiothérapies, ses rayons, toutes ses hospitalisations post-chimio, c’était devenu ma priorité.

Ce sont des mois et des mois d’une grande solitude que j’ai vécu. On a beau être « entouré », on est seul au fond. Personne ne peut se rendre compte de ce que c’est de s’occuper d’une personne (de sa mère) malade, pas toujours facile à vivre, pas facile à convaincre de se soigner. Il faut garder des forces, encaisser, se battre, pour 2.

Plus le temps passait, plus je la voyais décliner et moins j’avais envie d’y aller. Je n’en pouvais plus de la voir dans cet état et en même temps je m’en voulais. J’ai énormément culpabilisé. J’avais envie laisse tomber, j’avais envie qu’on me foute la paix. Je voulais juste que tout ça ne soit pas vrai. Il n’était pas envisageable que je perde un jour ma maman, pas maintenant.

J’ai commencé à courir grâce à une amie qui m’en a donné le gout (et qui me suis encore au quotidien dans cette quête du mieux être). Ça m’a fait beaucoup de bien d’avoir un autre objectif que soigner ma mère. Soigner ma mère était un objectif voué à l’échec, même si j’y ai cru. Courir c’était faisable. Alors j’ai couru, couru, couru sans m’arrêter pendant plusieurs mois.

Puis j’ai eu besoin d’évasion. Je suis partie en vacances aux Etats-Unis. Ma mère m’a fait promettre de lui écrire quand j’étais la-bas. Je lui ai de toute façon toujours écrit quand je suis partie à l’étranger. Ça la faisait voyager. Je lui ai donc écrit une jolie carte de Miami. On s’est appelé. Ça ne captais pas bien mais elle avait l’air en forme. Elle ne se plaint que de ne plus marcher. Elle était en fauteuil depuis plusieurs semaines maintenant et c’était sa seule plainte.

Je suis rentrée de vacances mi juillet. On avait prévu de se voir en août et s’organiser une super journée plage avec mes soeurs. Elle me disait qu’avec son fauteuil, la plage ça serait pas facile. Je lui avait dit qu’on se ferait une petite folie : « on va louer des transats maman et on se payera des cocktails ! » « on verra ma fille »… « non on verra pas maman, on le fera! et puis en aout, je t’emmène à la dune du pilât » (elle en parlait souvent, elle voulait y aller).

Le 26 juillet, tout s’effondre lorsque l’hôpital m’appelle pour m’annoncer son décès, elle qui allait bien le matin…

J’ai pris la route en pleine nuit pour rejoindre mes soeurs et pour organiser la suite, pour elle, pour nous.

J’étais chez elle, alors qu’elle n’y était plus. C’était le vide le plus complet. Et trônais en bonne place, sur un meuble, ma carte de Miami. Je l’ai relu. J’ai relu aussi toutes les autres que je lui ai écrit pendant l’année et dans lesquelles je lui sommais de se battre. Et je me disais, comme pour me faire encore plus de mal, que quand je les avais écrit, elle était encore là.

Bien que les nombreux détails qui ont composé cette dernière année aient leur importance, je ne me suis pas attardée dessus par pudeur. Je voulais simplement que vous sachiez pourquoi j’ai été si longtemps absente.

Aujourd’hui, j’essaye de tenir debout, pour elle.

Je vous embrasse bien fort et vous dit à très vite

 

 

Glossybox mars 2018: Some bunny loves you!

Hello les girls!

Ne cherchez aucun rapport entre l’intitulé de la box et son contenu, je n’en vois aucun. Bon après tout, chaque mois on cherche les rapprochements avec les noms concoctés par l’équipe des stagiaires fraichement embauchés mais dans le fond, on s’en fout non?

Ce mois-ci, c’est make-up a fond donc ça aurait du m’émoustiller! Et bien sachez que je suis comme quand je monte sur la balance le matin… déçue! 

Attention, 1, 2, 3… Présentation!

 

1 – INDIVIBOBBLE – NANO

Bon, j’avoue je n’ai pas pris la peine de faire une photo individuelle de ces 3 élastiques sans intérêt… Je sais que certaines ne jurent que par eux mais clairement pas moi. Alors oui ça ne marque pas les cheveux, ne les casse pas non plus mais je trouve que ça ne serre pas assez. Personnellement, je me retrouve vite avec une coiffure de folle qui sort du sport. NO WAY! Soit mes cheveux sont attachés, soit lâchés, mais pas moitié l’un, moitié l’autre. Imagine la dégaine.. Je les donne bien volontiers à qui les voudra. 

2 – KRYOLAN PROFESSIONAL MAKE-UP : Encore à lèvre rouge

Je ne suis pas du genre rancunière MAIS je n’oublie pas quand on me trahi. Et c’est ce qui s’est passé il y a quelques années avec cette marque. Je l’ai reçu dans un box, l’ai testé, et l’ai détesté! Je ne sais plus si c’était une encre à lèvre ou un rouge à lèvre, mais alors une catastrophe. Il faisait des transferts énormes et même, oui même.. j’ose à peine l’avouer tellement c’est dégeu… aller je me lance… des filaments lorsque j’ouvrais la bouche! Oui les meufs, des filaments!!! J’ai été désabusée, décontenancée, désemparée vous imaginez bien! Alors, ça c’est trahir une make-up addict que de lui donner un air de pouilleuse. Alors non, Kryolan et moi, on ne remettra pas le couvert. NEXT! 

3 – APICIA – BLUSH CREAM

On enchaine sur la troisième déception, le bush cream. S’il y a bien un produit make-up que je hais (oui j’emploie le verbe haïr pour du maquillage, pas de demie-mesure ici, on y va franco), c’est le bush cream. La texture, exactement celle d’une crème visage, est intravaillable! (oui je sais vous avez du vous y reprendre à 2 fois avant de lire ce mot! Désolée, c’est le seul qui m’est venu). Bon le cas qui nous intéresse c’est donc le blush APICIA ici présent. Et bien, il ne failli pas à la réputation que j’ai décidé de lui faire aujourd’hui, c’est détestable! Couleur horrible (rose qui tire vers le orange, ou l’inverse??), plein de paillettes (nickel pour postuler chez Pinder) et les traces qu’il laisse…. un désastre.

Dommage, la photo ne rend pas justice à mon pamphlet. Mettez-y un peu d’imagination et faites moi confiance, c’est une horreur!

4 – FIGS & ROUGE : SOFT FOCUS – PORE PERFECT

La peur que j’ai eu en voyant le tube! J’ai cru que c’était un deuxième bush cream.. Là j’aurai pensé que quelqu’un m’en voudrait dans la glossyteam. Bref, rien de tout cela, il s’agit d’un fluide transparent permettant de « floutter’ les pores et anéantir l’aspect brillant de la peau. J’aime bien ce type de crème car pour le coup elles sont efficaces. Par contre, un reproche que je pourrai leur faire c’est qu’elles rendent la peau plutôt sèche. Ce n’est pas une crème que je mets tous les jours mais seulement pour les soirées. Voilà un produit intéressant!

5 – BELLAPIERE COSMETICS: PALETTE CORRECTRICE PRO

Comme dirait mon poto Julien Lepers, « je dis oui oui oui !!! ». Je termine cet article par le produit qui m’a le plus plu dans la box. J’adore les palettes en tout genre et encore plus les palettes de blush, poudre, correcteur. Trop contente de l’avoir reçu.
Pour les novices, la couleur verte sert à atténuer la couleur rouge. La couleur jaune à droite sert quant à elle à atténuer l’apparence des cernes. La marque Bellàpierre propose des produits hypoallergénique et adaptée à tout type de peau donc vous pouvez foncer les yeux fermées.

Bilan de cette box: déçue du contenu parce que ce sont des produits que je n’affectionne pas pour la plupart. Je songe à me désabonner.. non pas par rapport à cette box la (même si c’est un peu un élément déclencheur) mais surtout parce que je commence à accumuler trop de produit et ne sais plus quoi en faire. 

Et vous, qu’avez-vous reçu ce mois-ci? Quelle box?

XOXO

GLOSSYBOX- Mon Elixir

Bonjour Bonjour!

Comment allez vous en ce dimanche de novembre? Bon pour une fois cette année, je trouve que le mois de novembre n’est pas aussi déprimant que d’habitude, bien qu’il fasse nuit à 17 heures. 
Et qui est venu égailler mon mois de novembre? Le team Glossy Box! Oui oui, de mois en mois, je dois dire que je ne suis pas déçue. 

Sans plus attendre, je vous laisse découvrir les produits envoutants de la box MON ELIXIR.

 BOUGIE YANKEE CANDLE – Trop contente de pouvoir enfin tester ces fameuses bougies que tout le monde s’arrache. J’ai d’ailleurs eu peur de ne pas la recevoir. En fait, le mois dernier, nous avons tous reçu un mail nous demandant de choisir entre la bougie et un autre produit à retrouver dans notre box de novembre. J’ai cliqué sur le lien pour choisir la bougie mais ça me renvoyait à un endroit du site qui n’avait rien à voir. Je n’ai pas su trouver comment faire.. J’ai mis un message sur twitter mais on ne m’a jamais répondu… Puis finalement, chance de ouf, je l’ai quand même reçu!

REGENERATE – Dentifrice qui permet-« rait » la régénérescence de l’émail des dents. Bon clairement en ce moment on surfe sur la recherche du sourire parfait. On ne compte les produits blancheur et compagnie. Cela dit, je ne dit pas non à ce dentifrice. J’ai personnellement un problème d’émail ce qui rend mes dents hyper sensibles. Ca ne pourra pas me faire de mal!

BELLA TOX – Crème a priori miracle qui réduit les rides en UN INSTANT!! J’ai hâte de tester, on va bien voir ce que ça va donner. Ne vous prenez pas hein, je n’ai pas ride cela va s’en dire. Je vais certainement le refiler…

3 D LASH PRIMER de MODEL CO Il s’agit d’une base à sourcils nourrissante. Et bien je ne peux pas vous en dire plus tout simplement parce qu’il n’y a aucune explication dans le magazine. Enfin bon, pas la peine d’avoir des explications non plus. On met la base nourrissante avant le mascara et c’est good!

BANG BEAUTYUn très joli fard à paupière crème. La couleur est juste parfaite pour la saison. Je trouve qu’elle fait très automnal.

Pour conclure: je suis ravie de cette box, une fois de plus. Depuis que je me suis réabonnée à la GLOSSYBOX, je ne suis pas déçue. Et vous, vous en avez pensez quoi?

See you soon girls 

J’ai lu Le livre des Baltimore

Bonjour à tous!

J’espère que vous allez bien! Aujourd’hui, j’ouvre une nouvelle rubrique que je vais appeler « J’ai lu« . Bon, on ne s’emballe pas, je ne suis pas une grande lectrice, donc vous n’aurez pas un article de ce genre toutes les semaines!

Quand on m’a soumis l’idée de lire LE LIVRE DES BALTIMORE, ça ne m’a pas du tout emballée car je ne sais pas pourquoi, j’ai cru que ça se passait dans un temps ancien, style époque coloniale aux Etats-Unis. Que nenni! L’histoire est contemporaine. Je préfère quand ça se passe à notre époque car ce que je recherche dans un livre, c’est pouvoir m’identifier. Aux travers des personnages de ce livre, j’ai non seulement voyagé dans de merveilleuses villes des Etats-Unis mais également vécu les joies et les tristesses d’une famille extraordinaire.

C’est l’histoire d’une famille, LES GOLDMAN. Il y a les GOLDMAN-DE-MONTCLAIR et les GOLDMAN-DE-BALTIMORE. Les MONTCLAIR sont de classe moyenne, alors que les BALTIMORE sont riches, très riches. Marcus GOLDMAN, le narrateur, est un Montclair. Il adule les BALTIMORE, son oncle Saul, sa tante Anita et ses deux cousins adorés.

Ils passent leurs vacances ensemble, dans leur maison des Hamptons, ou à Miami, chez les grands-parents.  Ils font les 400 coups ensemble. Ils aiment la même fille, ont les mêmes copains, les mêmes passions,  partage les mêmes rêves.
Les années passent mais ne se ressemblent plus. Au fil du temps, l’adolescence les éloigne, leurs centres d’intérêts ne sont plus les mêmes.
Marcus qui vit à Montclair, se sent de plus en plus écarté de son clan à tel point qu’il n’a pas vu venir la fin des GOLDMAN. Sans qu’on ne s’en rende compte, cette famille si bienveillante et heureuse sombre petit à petit dans les ténèbres, jusqu’au Drame.

Le Drame, c’est cet évenement qui mis un terme définitif à toutes ces années de bonheur et d’insouciance.

Cette tragédie va vous tenir en haleine tout au long du récit de la vie extraordinaire des GOLDMAN que vous vivrez au travers des yeux de Marcus.
J’ai été captivée par l’histoire. Je me voyais en vacances en Bretagne avec mes cousins quand j’étais petite (bon là c’est dans les Hamptons mais bon, même combat), à faire les 400 coups.
Tous les lieux décris dans ce livre sont charmants et on s’y projette aisément. Vous rêvez au fil des chapitres mais vous savez pertinemment que tout ce bonheur n’est qu’éphémère et qu’un jour tout va s’effondrer.
C’est une descente aux enfers qui s’établie de manière tellement insidieuse qu’on ne s’en rend pas compte. Chaque élément de la vie des GOLDMAN est comme l’effet papillon et leur reviendra en pleine figure, même des années plus tard, jusqu’au Drame. On s’attache à cette famille, on l’aime, on l’envie, mais on sait qu’un jour, tout ce bonheur leur sera retiré. 

L’écriture du livre est facile d’accès, on boit les paroles de l’auteur. D’ailleurs l’auteur, parlons-en. Il s’agit de Joël Dicker, jeune Suisse de 32 ans. Il est également de l’auteur de LA VERITE SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT que je m’apprête à lire.

Je vous laisse apprécier son style d’écriture avec les quelques lignes ci-dessous.

Et vous, vous l’avez lu? Vous compter le lire? En tout cas moi, je vous le conseil. Et dans mon entourage, je ne connais personne qui n’ai apprécié ce livre. Toutefois, ces mêmes personnes me disent que LA VERITE SUR L’AFFAIRE HARRY QUEBERT est encore mieux. J’ai hâte de commencer! 

Je vous fais des gros bisous à vous dis à très vite!